Passer au contenu principal

Bilan coronavirus de Daikin : « L’intégralité de l’usine a été modifiée en deux jours »

La crise du coronavirus a un impact sur notre vie quotidienne et nos activités. Découvrez les mesures que nous mettons en œuvre pour maintenir notre usine d’Ostende opérationnelle et assurer la sécurité des collaborateurs Daikin en lisant l’interview du vice-président Wim De Schacht réalisée plus tôt ce mois-ci.

S’approcher à moins de 1,5 mètre ? Pas sur le site Daikin d’Ostende. « L’intégralité de l’usine a été modifiée en deux jours. Nous continuons également à réaliser des modifications sur la base de l’expérience gagnée et des informations en provenance d’autres entreprises », a déclaré Wim De Schacht, Vice-président.

Quel impact la crise du coronavirus a-t-elle sur votre société ?

« Dès que le gouvernement a annoncé les mesures de distanciation sociale, nous avons fermé notre usine d’Ostende pendant deux jours afin de tout pouvoir modifier », a indiqué Wim De Schacht.

« Entre autres, les allées ont été arrangées de façon à assurer une circulation unidirectionnelle en tout lieu, ce qui vous évite de croiser le chemin d’autres personnes. Toute personne souhaitant utiliser les vestiaires doit prendre une carte, et le nombre de cartes disponibles est limité au nombre maximum de personnes autorisées dans cette pièce pour des raisons de sécurité sanitaire.

D’autres équipes commencent également le travail le matin et l’après-midi. Un lot de gants est distribué à chaque personne arrivant sur le site. Après chaque quart de travail, tous les équipements, depuis les tournevis jusqu’aux panneaux de commande, sont décontaminés.

Nous réalisons un suivi de tous les employés malades. Toute personne présentant des symptômes de la Covid-19 doit rester chez elle. Ceci est applicable même si, en principe, le médecin leur donne le feu vert pour revenir travailler. Toute personne testée positive doit rester chez elle pendant au moins 14 jours. Nous réalisons également le suivi du nombre de personnes malades dans chaque service. »

Est-il facile de respecter les règles de distanciation sociale ?

« Une certaine discipline est nécessaire. Nous avons préparé un manuel sanitaire, si bien que chacun sait ce qu’il est sensé faire. Nous avons également délégué des employés à la surveillance du respect de ces nouvelles règles, car il n’est pas toujours facile d’adapter rapidement son comportement à une nouvelle réalité. Mais nous tentons de faire chaque jour un peu mieux. »

Quelle est votre plus grande préoccupation en ce moment ?

« Nous avons 12 usines en Europe, la plupart desquelles fonctionnent à 70-80 % de leur capacité. En raison des mesures en vigueur ici, nous sommes actuellement à 30 % de notre capacité à Ostende. Nous pouvons actuellement toujours répondre à la demande relative à nos produits car elle a chuté de 20 % environ et nous avons toujours des stocks.

Mais nous aimerions commencer à augmenter progressivement notre production jusqu’à 60 % de notre capacité au cours des trois semaines à venir. Nous espérons simplement qu’il n’y aura pas de hauts et de bas, avec un assouplissement des mesures par le gouvernement puis leur nouveau renforcement.

La mise en œuvre d’un tel confinement serait désastreux. Nous devons par conséquent rechercher des innovations qui permettront à l’économie de continuer de tourner au ralenti. Nous pourrions, par exemple, diviser l’entreprise en zones et les activer de façon à pouvoir continuer de travailler pendant une nouvelle vague. »

Qu’est-ce que le gouvernement pourrait améliorer ?

« Une sorte de norme ISO pour les mesures de distanciation sociale serait pratique, de façon à établir clairement si une entreprise est sûre et fait tout ce qu’elle doit faire.

Même si un vaccin est trouvé, nous pensons que les nouveaux comportements d’hygiène et de distanciation seront maintenus. Nous pensons par conséquent qu’un grand nombre des mesures actuellement en place deviendront structurelles. L’avantage de tout ceci, c’est que nous serons prêts à faire face à toute épidémie future.

Il est en outre nécessaire de réaliser des tests supplémentaires sur toute personne ayant été contaminée et désormais immunisée. Nous soutenons les mesures du gouvernement, mais devons faire en sorte de limiter les dommages collatéraux. Particulièrement après avoir été affecté pendant des mois entiers. »

À votre avis, comment s’annonce le futur ?

« Nous pensons ressentir les effets négatifs jusqu’au moins de décembre de cette année en raison de la réduction de la demande. Nous ne nous attendons donc pas à ce que la vraie reprise ait lieu avant 2021. »

Le présent article est une traduction de : voka.be

Articles connexes

Besoin d'aide?

Rechercher plus d'infos

Besoin d'aide?

Rechercher plus d'infos

Besoin d'aide?